Association

Présentation de l’A.N.I.T.I.

L’histoire

L’A.N.I.T.I., Associazione Nazionale Italiana Traduttori e Interpreti est une association professionnelle à but non lucratif, fondée à Milan le 27 avril 1956 sous le nom de S.N.I.T.I., Sindacato Nazionale Italiano Traduttori Interpreti, par l’acte n° 30984/502 de Maître Tommaso Cucci, notaire, qui formalisait au 1er juillet 1951 la constitution initiale, à l’amiable, du syndicat.  Le premier siège se trouvait à Milan, via P. Marocco n° 20. Le 1er janvier 1958, le syndicat, qui poursuivait des buts à la fois syndicaux et associatifs, devint l’A.N.I.T.-S.N.I.T.I. Le 20 octobre 1972 l’assemblée de l’association nomma Gustavo A. Dresbach secrétaire général et transféra le siège à l’adresse, inchangée depuis, de via Lambrate 10. C’est le 9 avril 1978 que l’association, qui avait défini depuis longtemps ses objectifs, prit son nom actuel : A.N.I.T.I. Aujourd’hui l’A.N.I.T.I. est l’une des plus principales associations italiennes professionnelles de traducteurs et d’interprètes.

But

Depuis toujours, l’association soutient la réglementation législative italienne de l’activité professionnelle des traducteurs et des interprètes et cherche à valoriser le professionnalisme de ses membres. Elle entend définir des rapports clairs, d’égal à égal, entre les traducteurs/interprètes professionnels et les agences du secteur. Elle souhaite une règlementation correcte et homogène de l’activité des traducteurs et des interprètes dans les tribunaux et la reconnaissance de justes honoraires.

Afin de réglementer, protéger et valoriser les figures professionnelles du traducteur et de l’interprète, l’A.N.I.T.I. instaure des rapports avec des organisations nationales, des administrations locales et les tribunaux

Activités institutionnelles

Depuis le 4 octobre 2010, l’A.N.I.T.I., sur décision du ministre de la Justice, est inscrite sur la liste des associations de catégorie représentatives au niveau national, aux termes de l’article 26 du décret législatif n° 206 du 9 novembre 2007, en matière de plateformes communes, qui, selon la définition fournie par l’article 4, lettre n) de cette loi, sont « (…) l’ensemble des critères des qualifications professionnelles permettant de pallier les différences significatives identifiées entre les exigences de formation des différents États membres, pour une profession donnée (…) ».

L’A.N.I.T.I. est reconnue par le ministère du Développement économique comme une association habilitée à délivrer l’attestation de qualité des services. L’A.N.I.T.I. est reconnue par le C.N.E.L comme appartenant à la catégorie des associations des professions non réglementées.

L’A.N.I.T.I. est membre du Co.L.A.P. (Coordinamento Libere Associazioni Professionali) ,  de la Consulta delle Professioni della Regione Lombardia et de l’UNI.

Professionnalisme des membres

L’A.N.I.T.I. engage tous ses membres à respecter le code de conduite de l’association qui, comme les statuts, a été examiné par l’autorité italienne de la concurrence et du marché. Elle demande à tous ses membres de participer au programme de formation continue prévu par le règlement de l’association. Elle signale à ses membres les formations adaptées et parraine les plus intéressantes. Elle accueille dans ses rangs les jeunes qui s’engagent dans un parcours d’apprentissage.

Service-conseil pour les membres

Un cabinet d’experts-comptables et un cabinet d’avocats doublent le Comité Directeur de l’Association pour répondre judicieusement aux questions d’ordre général qui sont posées au travers du forum du site A.N.I.T.I. Sur ce site et via courriels, les membres sont informés sur les éventuelles nouvelles concernant la profession. Les deux cabinets sont éventuellement prêts à traiter des sujets personnels et confidentiels.

Promotion de l’association

L’A.N.I.T.I. travaille à la promotion de l’association à tous les niveaux, en son sein comme à l’extérieur ; elle établit des contacts avec les écoles de langues, les écoles d’interprètes et les instituts universitaires, pour présenter les métiers de la traduction et de l’interprétariat aux futurs professionnels ; elle maintient les contacts avec ses membres, y compris hors des assemblées annuelles, et agit en faveur de la formation continue conformément aux prescriptions de la loi 4/2013.